La discrimination fondée sur le sexe

women
Eugène_Delacroix_-_Le_28_Juillet._La_Liberté_guidant_le_peuple

Tout d’abord, le phénomène de discrimination fondée sur le sexe est toujours présent dans le monde occidental, bien que le processus de la libération de la femme ait commencé au XIX siècle. D’un autre côté, le changement pendant les 30 dernières années est immense. D’ailleurs, je crois que la situation va améliorer grâce au changement des mentalités. Pourtant, je ne suis pas sûr que la manière de modifier la loi soit toujours raisonnable.

Il n’y a aucun doute que la lutte contre la discrimination est indispensable. Il faut stigmatiser toute forme de limitation de la liberté et en particulier les cas de machisme. Malheureusement, j’ai vécu une situation ou deux où une femme n’a pas été traitée à l’égal d’un homme.

En tout cas, le monde change rapidement. A mon avis, c’est inévitable que la situation des femmes s’améliore. D’une part, grâce au développement de nouvelles technologies, la force physique n’est plus nécessaire. D’autre part, les femmes obtiennent meilleure éducation. En effet, 84 % des filles et 74 % des garçons ont le baccalauréat en France. Par ailleurs, 49% des femmes de 25 à 34 ans sont diplômées de l’enseignement supérieur. Elles sont l’avenir de l’industrie, la politique et la culture.

En revanche, je suis surpris depuis que je suis arrivé en France. D’après moi, c’est le pays de contrastes. D’un côté, tout le monde identifie la France à l’égalité des droits en citant la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». De plus, le féminisme est vraiment fort en France. Ainsi, il y a plein de mouvements afin de atteindre l'égalité politique, culturelle, sociale, économique et juridique entre les femmes et les hommes. D’un autre côté, le droit de voter pour femme a été établir en 1944 la même année que la Jamaïque et les Bermudes. Même la Pologne l’a établi en 1918 dès la proclamation de l’indépendance. Puis, même au niveau de la langue française ou « le masculin l'emporte sur le féminin ». Il est grand temps de faire quelque chose - l’Académie française.

Ensuite, je soutien des femmes dans leur lutte, pourtant je ne suis pas d’accord avec la position de certain politicien que le gouvernement doit introduire la parité au parlement ou sur le lieu du travail. Je crois à la liberté de choix et surtout je crois que des femmes sont suffisamment douées et intelligentes pour atteindre tous leurs objectifs.

En conclusion, je me demande quel sera l’avenir de la société. Pour ma part, la place des femmes est plutôt évidente. Effectivement, je considère qu’elles ont réussi incroyablement. En revanche la place des hommes n’est pas aussi claire. C’est la raison pour laquelle, ça me met la puce à l’oreille.